Notre analyse du 26/08/2017

La semaine boursière s’est déroulée dans un climat plus calme cette semaine, aussi bien aux US qu’en Europe où les indices...

La semaine boursière s’est déroulée dans un climat plus calme cette semaine, aussi bien aux US qu’en Europe où les indices ont terminé sur une note stable voire légèrement positive (Stoxx600: 0% et S&P500 : +0,8%).

Les tensions géopolitiques sont redescendues d’un cran, malgré les exercices militaires tenus depuis lundi entre les US et la Corée du Sud pour une durée de 10 jours. Dans le même temps, le climat politique reste tendu aux États-Unis alors que Donald Trump menace de fermer l'administration fédérale si le Congrès l'empêchait de construire un mur à la frontière mexicaine et de modifier l'accord de libre-échange Nord-américain (ALENA). Cela n’a pas échappé aux agences de notations, inquiètes de la situation budgétaire US. Fitch a ainsi averti qu'un arrêt des activités du gouvernement américain pourrait entraîner un abaissement de la note souveraine des Etats-Unis. Ces éléments ont eu pour conséquences le raffermissement de l’Euro par rapport au Dollar avec le franchissement à la hausse des 1.18, ainsi qu’une baisse des rendements à dix ans allemands, à 0,38%.

En fin de semaine, les marchés sont focalisés par la réunion et les commentaires des banquiers centraux à Jackson Hole même si aucune annonce n’est attendue. Seule nouvelle substantielle pour l’instant : l’optimisme croissant de Mario Draghi dans la croissance de l'économie de la zone euro avec semble-t-il de moins en moins de risques sur la reprise en cours. Ce discours de plus en plus positif semble indiquer que la reflation de l’économie européenne est en cours ce qui devrait mener la BCE à normaliser sa politique accommodante en 2018, avec un arrêt progressif du Quantitative Easing (rachat de dette sur le marché) et par la suite une remontée progressive des taux courts.

Les actifs qui ont sorti leur épingle du jeu cette semaine sont clairement les matières premières (métaux) avec une envolée notamment des cours du cuivre, du nickel ou de l’aluminium. La reflation de l’économie mondiale avec une croissance prévue à 3,5% cette année couplée avec une rationalisation de l’offre en cours coté chinois est à l’origine de cette dynamique.

Les Ressources de base mènent la danse : BRE (Basic Resources Europe), données hebdomadaires

Envolée du cuivre : iPath JJC, données hebdomadaires